Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
http://appartcanetplage.over-blog.com/

Canet en roussillon (sud), dans résidence LE BEACH accessible par digicode avec 2 ascenseurs, -- APPARTEMENT meublé et équipé de 40m2: 3 pièces - 2 chambres -- ACCUEIL: 4 personnes -- ACCES INTERNET -- VUE: Splendide et exceptionnelle vue panoramique à 180° et sans vis à vis sur la méditerrannée et les pyrénées de tout l'appartement et de la grande terrasse de 21m2, avec 1 coin repas équipé de 2 stores ban et 1 coin salon -- PLACE DE PARKING avec stop car, dans parking couvert accessible par digicode - -- AU PIED DE LA RESIDENCE : ## PLAGE de sable fin sans route à traverser ## COMMERCES divers, poste, office de tourisme COMPOSITION DE L'APPARTEMENT: 1 coin cuisine - 1 salon/séjour avec canapé lit + TV écran plat - Lecteur DVD - Lecteur CD - cassette et radio - 2 chambres avec lit 140x190 - 1 SDE et WC séparés - Chauffage électrique individuel - Volets roulants électriques - - CLASSEMENT 2* par les gîtes de France - REFERENCEMENT à l'office de tourisme - DECLARE MEUBLE DE TOURISME. Référencements et classements importants à prendre en considération lors d'une réservation car ils sont gage de sécurité, de qualité et assurent que la location est bien conforme à la description de l'annonce.

Abbaye de Fontfroide

Publié le 18 Juin 2022 par Evelina Hechelski

 Un petit joyau nichée dans un écrin de végétation méditerranéenne ( cyprès, romarins, lauriers, thyms, cystes). Belle bâtisse aux couleurs ocre et rose des grès de Corbières entourée de vignobles, de jardins en terrasse, d’une vaste roseraie. Sa construction débuta vers 1170 grâce à des dons d’argent et  de  terres de Ermengarde  vicomtesse de Narbonne, site choisi pour la présence de pierre les grès des Corbières, de bois et de sources d’où son nom d’ailleurs de Fontfroide  (fons frigidus : source eau fraîche), et de ses Armes représentant une fontaine..

Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide
Abbaye de Fontfroide

Moments particuliers de son histoire :

Initialement abbaye bénédictine , puis cistercienne au 12è siècle, ordre se rapprochant de la règle de St benoit prônant pauvreté, austérité et sobriété architecturale très répandu dans tout l’occident à l’époque. Cette règle, obligeant les moines à vivre en autarcie , a nécessité la venue des frères Convers, pauvres et illettrés d’origine paysanne, pour assurer les travaux manuels ( ferronnerie, boulangerie, travail des terres, vignes..)nécessaires à la subsistance moines

Au XIIè siècle Fontfroide va combattre ardemment  le catharisme qui s’étend dans la région L’assassinat d’un de ses moine Pierre de Castelnau devenu légat du pape Innocent III, sera l’événement  déclencheur de sa croisade contre les Albigeois

 

Sa réputation dépassa les frontières avec la nomination de l'un de ses abbés Jacques Fournier au rang de Pape Benoît XII - 1334-1342


Après une période de déclin, Fontfroide tomba en commande de 1476 à 1764, date à laquelle l’abbaye perdit son titre abbatial et les revenus afférents. le Roi de France impose ses abbés, des nobles la plupart du temps, peu soucieux des considérations monastiques. De nouvelles constructions voient le jour loin de l’austérité architecturale cistercienne, l’abbaye prend des airs de château avec des fenestrages à meneaux, des frontons classiques, une Cour d’honneur, l’aménagement du dortoir des convers en hôtellerie, et l’implantation de jardins à l’italienne. Ainsi, jusqu’à la veille de la Révolution, les moines n’ont cessé d’embellir, de transformer et de construire. Malgré la superposition des styles, une réelle volonté d’unité et d’homogénéité transparaît.

La Révolution Française met fin à toute vie monastique et à la mise en Commende, Fontfroide sera donnée aux Hospices de Narbonne en 1791

Après l’épidémie de peste noire (1347-1353), la Révolution Française, les lois anti-congrégationniste de la 3è république auront finalement raison des cisterciens

 

Ses bâtiments relativement préservés lors de la Révolution ont été réoccupés par des Cisterciens de l’Immaculée Conception de 1858 à 1901

 

L'abbaye est classée en 1862 au titre des monuments historiques2

 

Les lois de séparation de l’Église et de l’État provoqueront le départ des derniers moines en 1901 


Depuis 1908 jusqu’à nos jours la famille Fayet n’aura de cesse d’embellir ce site.  Dès 1908 Gustave Fayet grâce à ses relations en fera un haut lieu de rencontres artistiques qui  laisseront leurs empreintes. Ce site délabré sera superbement restauré et redécoré, ajouts de fontaine statues et surtout remplacement des verres de grisaille par des vitraux aux couleurs éblouissantes.

 

Sa cour d’honneur

Cernée de mur en pierre de grès rose avec sur un de ses côté une petite fontaine à tête de lion

Au fond, l’espace est limité par une vaste arcature à trois baies dont celle du milieu, fermée par une grille de fer forgé, s’orne d’un fronton triangulaire classique. Cet ensemble se colore de l’ocre, rose et incarnat de grès, du vert des feuillages, de l’azur du ciel.

A gauche le réfectoire des frères convers

 

 

Réfectoire des convers 12è S. vaisseau imposant témoignant de l’importante communauté de frères convers accueillis.  Sa position permettait à ces ouvriers religieux de se rendre facilement à leur travail et de vivre sans croiser les moines cisterciens.

Intérieur austère et dépouillé, arcs des voûtes d’ogives étalées se fondent dans les murs, des baies géminées vers l’ouest et en simple arc plein cintre à l’est apportent une lumière divine. Percé par 2 portes centrales ouvrant pour l’une sur la cour d’honneur et l’autre sur la cour dite « Louis XIV » ou cour de travail.

Des cloisonnements avaient divisé la pièce en plusieurs espaces et on devine ainsi dans la 2ème travée des croix marquant la chapelle des « Étrangers ».

Depuis 1908 la salle a retrouvé son volume et divers éléments décoratifs en réemploi ont été ajoutés : splendides grilles de fer forgé au motif de pampres, grande cheminée Renaissance provenant vraisemblablement du château des ducs de Montmorency à Pézenas, détruit sur ordre de Richelieu après la révolte du dernier d’entre eux en 1632. A l’époque des convers pas de cheminée les seules parties chauffées étaient les forges, cuisines scriptorium et infirmerie

Cette salle à l’excellente acoustique sert de cadre à des concerts de musique de chambre et à des récitals d’artistes pouvant recevoir jusqu’à 700 auditeurs

Le dortoir des convers ; voûte en grès rose en berceau brisé sans aucun doubleau sur toute sa longueur. A l’origine le dortoir est 3 fois plus long. Pour éviter l’humidité du cellier il sera utilisé comme grenier. Ses 4 vitraux (époque Fayet) recouvrant d’étroites meurtrières, ont été réalisés par René Billa avec des fragments d’anciens vitraux provenant d’églises du Nord -Est de la France principalement basilique Saint Remy de Reims, détruites pendant la Première Guerre Mondiale. .

Le cloitre

Il est le cœur de la vie spirituelle et matérielle de l’abbaye Lieu de passage de la prière au repas, du repas à l'étude, lieu de promenoir, de méditation et de lecture.

Ses galeries enserrent un petit jardin avec ses massifs et son puits.,  et donnent accès aux différents bâtiments des moines.

D’architecture romane et gothique, ce cloitre est remarquable pour ses voûtes sur croisées d’ogive retombant le long des murs sur d’élégants culots, ses colonnettes aux marbres de différentes couleurs rouge de Caunes,  griotte des Pyrénées,  blanc veiné de gris ou de vert ;  ses chapiteaux ornés de motifs végétaux, ses au hauts tympans percés d’oculi différemment répartis laissant diffuser une belle lumière

Salle du chapitre  où se réunissaient les moines autour du Père abbé sur les 2 rangées de bancs de pierre courant le long de ses murs, pour recevoir les consignes d'ordre pratique et spirituel.

De cette salle et des galeries successives du cloître on découvre une belle perspective : une forêt de colonnes de marbre qui supportent de belles arcades .

 Eglise abbatiale

Où les moines se rendaient quotidiennement  pour les prières fixées par la règle de Saint Benoît et selon la division romaine de la journée : vigiles (entre 2 et 3 h du matin), matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres  et complies.

Les moines convers même s’ils ne pouvaient accéder aux études théologiques ils devaient assister aux messes les week-end et lors des fêtes religieuses

Architecture cistercienne romane et gothique. Impressionnante par ses 20m de haut

Constituées de 5 chapelles collatérales côté sud, une tribune pour les moines malades au niveau du transept, et enfin la Chapelle des Morts, donnant sur le cimetière

L'escalier présent dès l'origine, permettait aux moines de descendre directement de leur dortoir pour les prières nocturnes.

 Vitraux aux couleurs éblouissantes réalisés par un des amis artistes de G Fayet,  R Burgsthal. Ils remplaceront les verres en grisaille de l’époque austère cistercienne

Commenter cet article